fbpx

Accessibilité

Taille du texte:
Contraste:
Consulter la politique d'accessibilité

Informations – Automne 2020 – COVID 19

14/09/2020

Consulter toute l’information relative à la situation de la COVID-19 sur cette page.

Une formation en Techniques policières adaptée aux réalités des communautés autochtones et des régions du Québec offerte au Cégep de Baie-Comeau à compter de l’automne 2021!

Partenariat avec le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue

Le Cégep de Baie-Comeau est heureux d’annoncer qu’il a reçu l’autorisation provisoire du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur d’offrir, grâce à un partenariat avec le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, le programme Techniques policières à compter de la rentrée scolaire de l’automne 2021. Cette autorisation permettra de concrétiser le projet de donner une couleur unique au programme en formant les étudiantes et les étudiants à une pratique novatrice adaptée aux réalités des communautés autochtones et des régions du Québec.

Concrètement, l’autorisation provisoire permet au Cégep de Baie-Comeau de former trois cohortes de vingt étudiants chacune. Pour ce faire, le contingent du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, qui offre déjà la formation, s’est vu rehausser de vingt places pour la rentrée 2021. Ce contingent sera alors délocalisé vers le Cégep de Baie-Comeau.

« C’est un grand jour pour le Cégep de Baie-Comeau et la Côte-Nord, puisque notre établissement pourra contribuer à former des policières et des policiers pour combler les besoins de main-d’œuvre sur notre territoire où l’on y retrouve neuf postes de police de MRC sous la juridiction de la Sûreté du Québec et neuf communautés autochtones, dont cinq qui ont leur propre corps de police », exprime le directeur général du Cégep de Baie-Comeau, Claude Montigny.

« Notre établissement offrant déjà la formation en Techniques policières, en plus de l’attestation d’études collégiales (AEC) en Techniques policières autochtones, c’est avec plaisir que nous partagerons notre savoir et notre expertise avec le Cégep de Baie-Comeau qui est situé dans une région qui possède de nombreuses caractéristiques sociodémographiques très similaires à la nôtre, de par la présence de communautés autochtones, et bien sûr, de par la nature du territoire », affirme le directeur général du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, Sylvain Blais.

Réalités autochtones
C’est dans la foulée des nombreuses recommandations de la Commission Viens et conscients de la volonté du gouvernement du Québec de donner suite rapidement aux rapports publiés sur l’enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées et sur les services de police dans les communautés autochtones que les deux cégeps ont proposé au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur une actualisation de la formation.

« C’est une excellente nouvelle pour des aspirants policiers, tant autochtones qu’allochtones, d’avoir la possibilité de suivre une formation adaptée pour les besoins des populations de la région. De plus, soulignons que cette initiative est dans l’esprit des appels à l’action et appels à la justice de la Commission Viens et de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées. J’ai une pensée particulière pour les jeunes Innus qui souhaitent contribuer à la sécurité et au bien-être des membres de leur communauté et qui pourront maintenant le faire sans quitter leur région ou leur famille », affirme la ministre responsable des Affaires autochtones, Sylvie D’Amours

Programme adapté
« Dans un premier temps, il est prévu que ce soit le Cégep de Baie-Comeau qui offre le programme adapté. Par la suite, selon les résultats, notre collège verra aussi à adapter sa formation en ce sens », a précisé Sylvain Blais

Pour les deux organisations, il devenait plus qu’urgent d’offrir une formation adaptée où l’on sensibilise, d’une part, les effectifs policiers non autochtones à la nature particulière de l’intervention auprès de ces populations, tant en milieu urbain que dans les différents territoires, et d’autre part, que les personnes autochtones aspirant à une carrière de policier se voient offrir des milieux de formation propices à leur recrutement.

Tant pour le Cégep de Baie-Comeau que pour celui de l’Abitibi-Témiscamingue, il est impératif d’éduquer sur l’histoire des peuples autochtones et sur les rapports qu’ils entretiennent avec la justice, puisque les façons d’intervenir dans les communautés ne sont pas les mêmes et ont des particularités bien distinctes. Les postes de police situés dans les différentes communautés seront assurément au nombre des milieux de stages pour les étudiantes et les étudiants.

Enjeux régionaux
L’intervention sur d’immenses territoires, en milieu isolé ou encore forestier, requiert aussi une approche particulière et différente de celle qui est offerte à la formation traditionnelle des policiers, centrée sur des interventions en milieux urbains ou semi-urbains, en regard des déplacements, de la logistique, des communications, de l’équipement et de la préparation à de telles situations. « De par l’expertise développée en formation de techniciens en aménagement cynégétique (chasse) et halieutique (pêche), de technologues forestiers et d’agents de la faune, le Cégep de Baie-Comeau est particulièrement bien disposé à offrir une formation en Techniques policières adaptée à la réalité géographique et géopolitique des régions, expertise que nous partagerons avec plaisir avec notre partenaire, le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue », conclut monsieur Claude Montigny.

-30-

Sources :

Cégep de Baie-Comeau
Catherine Heppell
Conseillère aux communications et à la promotion
Téléphone : 418 589-5707, poste 167
communications@cegepbc.ca

Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue
Karine Aubin
Conseillère en communication
Cellulaire : 819 290-1527
karine.aubin@cegepat.qc.ca